Organismes d'autorégulation; NYSE Arca, Inc.; Avis de présentation du changement de règle proposé pour rendre la règle permanente 7.44-F

apprendre la bourse et le trading 25
apprendre la bourse et le trading 85
Organismes d'autorégulation; NYSE Arca, Inc.; Avis de présentation du changement de règle proposé pour rendre la règle permanente 7.44-F
4.7 (98%) 32 votes
 

Commencer le préambule

4 septembre 2019.

Conformément à l'article 19 (b) (1)[]

de la loi sur les bourses de 1934 ("loi"),[]

et règle 19b-4,[]

Il est notifié que le 4 septembre 2019, NYSE Arca, Inc. (la "Bourse" ou "NYSE Arca") a soumis à la Securities and Exchange Commission (la "SEC" ou la "Commission") la règle proposée, telle que décrite aux articles I, II et III ci-dessous, lesquels articles ont été préparés par la Bourse. La Commission publie le présent avis afin de demander aux personnes intéressées de commenter le changement de règle proposé.

I. Déclaration de l’organisme d’autoréglementation de la substance Modalités de la proposition de modification de la règle

La Bourse propose de rendre permanente la règle 7.44-E, qui établit le programme pilote de liquidité de la bourse pour la vente au détail. La modification proposée est disponible sur le site Web Exchange à l’adresse suivante: www.nyse.com, dans le bureau principal de la bourse et dans la salle de référence publique de la Commission.

II Déclaration de l'organisme d'autoréglementation sur l'objet et le fondement juridique du changement de règle proposé

Dans sa présentation à la Commission, l’organisme d’autoréglementation a inclus des déclarations sur l’objet et le fondement du changement de règle proposé et a examiné les observations qu’il a reçues sur le changement de règle proposé. Le texte de ces déclarations peut être examiné aux endroits spécifiés au point IV ci-dessous. La Bourse a préparé des résumés, décrits dans les sections A, B et C ci-dessous, des parties les plus importantes de ces déclarations.

A. Déclaration de l'organisme d'autoréglementation sur l'objet et le fondement juridique du changement de règle proposé

1. but

La Bourse propose de rendre permanente la règle 7.44-E, qui établit le programme pilote de liquidité pour la vente au détail (le "programme"). À l'appui de la proposition visant à rendre le programme pilote permanent, la Bourse estime qu'il convient de fournir des informations générales sur le programme et une analyse des avantages économiques pour les investisseurs individuels et le marché découlant du fonctionnement du programme.

Le fond

En décembre 2013, la Commission a approuvé le programme sur une base pilote.[]

L'objectif du projet pilote était d'analyser les données et d'évaluer l'impact du programme sur le marché. À l'origine, la période pilote devait se terminer le 14 avril 2015. La Bourse a demandé de prolonger plusieurs fois l'exploitation du projet pilote afin de préparer la présentation de cette règle. Le projet pilote expire actuellement le 30 septembre 2019.[]

La Bourse a mis en place le programme pour attirer le flux de commandes au détail et permettre à ce flux de commandes de bénéficier d’une amélioration potentielle des prix.[]

Actuellement, le programme est limité aux opérations effectuées à des prix égaux ou supérieurs à 1,00 $ par action. Lancer la page imprimée 47576Le programme comprend des titres cotés dans NYSE Arca et des titres négociés conformément aux privilèges commerciaux non cotés ("UTP"), à l'exclusion des titres cotés à NYSE (bande A).

Comme décrit plus en détail ci-dessous, en vertu de la règle 7.44-E, une nouvelle catégorie d’intervenants sur le marché appelée Retail Liquidity Providers ("RLP")[]

et détenteurs d'un permis de négociation d'actions non-RLP ("ETP")[]

ils peuvent apporter une amélioration potentielle du prix des ordres d’investisseurs de détail sous la forme d’un ordre non indiqué, dont le prix est meilleur que celui de l’offre ou de l’offre la mieux protégée ("PBBO"), appelée Ordre d’amélioration du prix de détail ("RPI"). ). Lorsqu'il y a un RPI dans un titre particulier, la Bourse diffuse un indicateur, appelé identificateur de liquidité au détail ("RLI"), indiquant que cet intérêt existe. Les organisations membres de vente au détail («OGR») peuvent envoyer un ordre de vente au détail à la Bourse, lequel interagit, dans la mesure du possible, avec le RPI disponible du côté opposé, puis peut interagir avec d'autres liquidités de la Bourse ou ailleurs, comme les instructions de la commande au détail. La segmentation dans le programme permet aux flux de commandes au détail de bénéficier d’une amélioration potentielle des prix du fait que les fournisseurs de liquidité jugent que leur flux de commandes est plus souhaitable.[]

En approuvant le projet pilote, le Conseil a conclu que le programme était raisonnablement conçu pour profiter aux investisseurs de détail en offrant des possibilités d’amélioration des prix pour le flux des commandes de détail. En outre, bien que la Commission ait noté que le programme traiterait le flux des commandes de détail de manière différente du flux des commandes passées par d'autres acteurs du marché, cette segmentation ne serait pas incompatible avec l'article 6 (b) (5) de la loi,[]

ce qui exige que les règles d'un échange ne soient pas conçues pour permettre une discrimination injuste. Comme la Commission l'a reconnu, la segmentation des commandes de détail visait à créer une concurrence supplémentaire pour le flux des commandes de détail, ce qui entraînait un flux supplémentaire de commandes de détail dans l'environnement de la bourse et à garantir que les investisseurs de détail bénéficient du meilleur prix qui soit. Les fournisseurs de liquidités sont disposés à donner leurs ordres.[]

Comme indiqué ci-dessous, la Bourse estime que les données du programme étayent ces conclusions et qu'il est donc approprié de rendre le programme pilote permanent.[]

La Bourse note que la Commission a récemment approuvé des programmes de liquidité de détail substantiellement similaires pilotés par la New York Stock Exchange LLC ("NYSE") et la Nasdaq BX, Inc. ("Nasdaq BX").[]

La Commission a également récemment approuvé un programme de liquidité de détail pour une troisième bourse qui n’avait pas encore été approuvé à titre expérimental.[]

Description de la règle de pilotage 7.44-E qui deviendrait permanente

Définitions

La règle 7.44-E a) contient les définitions suivantes:

  • Premièrement, le terme «fournisseur de liquidité de détail» («RLP») désigne un porteur de PTA qui est agréé par la Bourse conformément à la règle pour agir en tant que tel et déposer des ordonnances d’amélioration du prix de détail conformément à la règle. .[]
  • Deuxièmement, le terme "organisation membre de vente au détail" ("OGR") désigne un titulaire d'ETP qui a été autorisé par la Bourse à envoyer des ordres de vente au détail.[]
  • Troisièmement, le terme "ordre de vente au détail" désigne un ordre d'ordre ou un ordre principal sans risque qui répond aux critères de la norme FINRA 5320.03 émanant d'une personne physique et qui est soumis à la Bourse par une OGR, à condition que: Des modifications sont apportées aux conditions de la commande en ce qui concerne le prix ou le marché et la commande ne provient pas d'un algorithme de négociation ou de toute autre méthode informatisée. Une commande de détail peut être un lot impair, un lot rond ou un lot mélangé.[]
  • Enfin, le terme «ordre d’amélioration du prix de détail» désigne un intérêt non représenté sur les titres inscrits dans les valeurs de NYSE Arca et UTP, à l’exclusion des titres inscrits à la NYSE (bande A), qui se situerait à un prix supérieur de celui de la meilleure offre protégée ("PBB"). ) ou la meilleure offre protégée («OAP») pour au moins 0,001 $ et qui est identifiée comme une ordonnance d’amélioration du prix de détail de la manière prescrite par la Bourse.[]

    Le prix d'un RPI serait déterminé par l'entrée d'un titulaire d'ETP pour acheter ou vendre un RPI dans les systèmes d'échange. Les RPI resteraient inobservés. Un RPI qui n'avait pas de prix dans la PBBO serait rejeté lors de son entrée. Un RPI précédemment entré dont le prix est égal ou inférieur à celui de la PBBO ne serait pas autorisé à interagir avec les commandes au détail entrantes, et ce RPI serait annulé si un ordre au détail était exécuté avec tous les intérêts affichés classés avant le RPI, puis tenté de s'exécuter contre RPI S'il n'est pas annulé, un RPI dont le prix ne serait plus égal ou inférieur à celui de la PBBO serait à nouveau autorisé à interagir avec les commandes au détail entrantes. Un RPI doit être désigné comme une commande PL ou MPL, et une commande pour Lancer la page imprimée 47577Désigné interagirait uniquement avec les commandes de détail.

RLP et autres fournisseurs de liquidités[]

et les organisations régionales de métrologie pourraient entrer des lots impairs, des lots arrondis ou des lots mixtes en tant qu’IDP et en tant que commandes au détail, respectivement. Comme indiqué ci-dessous, les RPI seraient classés et attribués en fonction du prix et du moment de leur entrée dans les systèmes Exchange et, par conséquent, que la taille entrée soit un lot impair, rond ou mixte. De même, les commandes de détail interagiraient avec les IPP conformément aux règles de priorité et d'attribution du programme, qu'il s'agisse de lots impairs, de lots ronds ou de lots mixtes. Enfin, les commandes de détail pourraient être désignées comme étant de type 1 ou de type 2, quelle que soit la taille du lot. Les IPD interagiraient avec les commandes de détail comme suit: Vous trouverez ci-dessous une discussion plus détaillée sur l’affectation des priorités et des commandes. Un RPI interagirait avec les commandes de détail au niveau auquel il était fixé le prix tant que l'amélioration du prix minimum requise se produirait. Par conséquent, si l’intérêt de vente de RPI était entré avec une offre de 10 098 dollars alors que le responsable des opérations de portefeuille était de 10,11 dollars, ce dernier pourrait interagir avec la commande au détail à 10 098 dollars, entraînant une amélioration du prix de 0,012 dollar.

Qualifications des RMO et processus d'inscription

En vertu de la règle 7.44-E (b), tout titulaire de l’ETP[]

Vous pouvez vous qualifier d’OMR si vous exploitez une entreprise de vente au détail ou des itinéraires.[]

commandes au détail pour le compte d'un autre courtier en valeurs mobilières. Aux fins de la règle 7.44-E (b), exercer une activité de vente au détail inclut la tenue des comptes de clients de détail de manière entièrement divulguée. Pour devenir OGR, un titulaire de PTE doit présenter: (1) un formulaire de demande; (2) suffisamment de pièces justificatives pour démontrer la nature de la vente au détail et les caractéristiques du flux de commandes du demandeur;[]

et (3) une certification, de la manière prescrite par la Bourse, que toute commande transmise par l'organisation membre en tant que commande au détail respecterait les exigences de telles commandes énoncées à la règle 7.44-E.[]

Une organisation régionale de métrologie doit disposer de politiques et de procédures écrites raisonnablement conçues pour garantir qu’elle ne désignera les commandes en tant que commandes de détail que si toutes les exigences d’une commande de détail sont remplies. Ces politiques et procédures écrites doivent obliger le titulaire de l’ETP (i) à faire preuve de diligence raisonnable avant de passer un ordre de vente au détail afin de s’assurer que cette entrée est conforme aux exigences de la règle 7.44-E, et (ii) vérifie si: Les commandes passées en tant que commandes au détail répondent aux exigences applicables. Si le RMO représente des commandes au détail émanant d'un autre client d'un courtier, les procédures de surveillance du RMO doivent être raisonnablement conçues pour garantir que les commandes qu'il reçoit du client de ce courtier désignées comme des commandes au détail répondent à la définition d'un commande au détail Le RMO doit (i) obtenir une déclaration écrite annuelle, de manière acceptable pour la Bourse, de chaque client d’un courtier qui envoie des ordres devant être désignés comme ordres de détail, de sorte que la saisie de ces ordres En tant que vente au détail, vous vous conformerez aux exigences de cette règle et (ii) contrôlerez si le flux des commandes au détail émanant du client de votre courtier en valeurs mobilières continue de satisfaire aux exigences applicables.[]

Après la présentation du matériel requis, la Bourse informe par écrit l’organisation membre de sa décision.[]

Un candidat rejeté peut interjeter appel de la désapprobation de la Bourse conformément à la règle 7.44-E (i) et / ou présenter une nouvelle demande de statut d’OMR 90 jours après la notification de désapprobation par la Bourse. Une RMO peut également se retirer volontairement de cet État à tout moment par notification écrite à la Bourse.[]

Classement RLP

Pour être qualifié de RLP en vertu de la règle 7.44-E (c), un titulaire de PTE doit: (1) être déjà enregistré en tant que MM ou LMM; (2) démontrer sa capacité à satisfaire aux exigences d'un RLP; (3) ont la capacité de prendre en charge les désignations fournies par Exchange qui identifient l'activité commerciale du protocole RLP Exchange dans les valeurs RLP attribuées; et 4) disposer d'une infrastructure et d'une technologie de commerce adéquates pour soutenir le commerce électronique.[]

Application RLP

En vertu de la règle 7.44-E (d), pour devenir RLP, un titulaire de PTE doit soumettre un formulaire de demande RLP avec tous les documents justificatifs à la Bourse. L’échange déterminerait si un demandeur était qualifié pour devenir un RLP comme indiqué ci-dessus.[]

Une fois qu'un demandeur a soumis une demande RLP à la Bourse avec les documents justificatifs, la Bourse informerait le titulaire de la décision de paiement prise par le demandeur. La bourse pourrait autoriser un ou plusieurs détenteurs d’ETP à agir en tant que RLP pour un titre donné. La Bourse peut également approuver qu'un porteur de PTA particulier agit en tant que RLP pour un ou plusieurs titres. Les valeurs RLP approuvées se verront attribuer des valeurs conformément aux demandes formulées et approuvées par la Bourse.[]

Si un demandeur a été approuvé par la Bourse pour agir en tant que RLP, il doit établir une connexion avec les systèmes Exchange concernés avant de pouvoir négocier en tant que RLP dans la Bourse.[]

Si la Bourse désapprouve la demande, la Bourse enverra un avis écrit au titulaire de l'ETP. Le candidat rejeté peut en appeler de la désapprobation de la part de la Bourse, comme le prévoit la règle 7.44-E (i), et / ou présenter une nouvelle demande de statut de RLP 90 jours après que la bourse a émis son avis de désapprobation.[]

Retrait volontaire de l'état de RLP

Un RLP serait autorisé à retirer son statut de RLP en notifiant la Bourse conformément à la règle 7.44-E (e). Le retrait prend effet lorsque les valeurs attribuées au RLP qui sont retirées sont réaffectées à un autre RLP. Après que la Bourse ait reçu l’avis de retrait du RLP qui est retiré, la Bourse réaffecterait ces titres dès que possible, mais au plus tard 30 jours après la date à laquelle la Bourse a reçu l’avis. Si la réaffectation des titres prend plus de temps que la période de 30 jours, le retrait de RLP n’aurait aucune obligation supplémentaire et ne serait en aucun cas responsable. Lancer la page imprimée 47578en ce qui concerne ses valeurs RLP précédemment attribuées.[]

Exigences RLP

En vertu de la règle 7.44-E (f), un RLP ne pouvait entrer RPI que directement et électroniquement dans les systèmes et installations Exchange désignés à cet effet et ne pouvait envoyer RPI dans son rôle RLP que pour les valeurs auxquelles il est affecté en tant que RLP. . Un RLP qui entre des ordres d’amélioration du prix de détail dans des titres auxquels il n’a pas été attribué n’est pas tenu de satisfaire à ces exigences.[]

Pour être éligible à des taux d'exécution inférieurs aux taux non RLP, un RLP serait tenu de maintenir (1) un RPI supérieur au PBB au moins cinq pour cent du jour de bourse pour chaque valeur attribuée; et (2) un RPI supérieur au DPB au moins cinq pour cent de la journée de négociation pour chaque valeur attribuée.[]

Les cinq pour cent d'exigences d'un RLP seraient calculés en déterminant le pourcentage moyen de temps pendant lequel le RLP maintenait un RPI à chacune de ses valeurs RLP au cours de la journée de négociation normale, quotidiennement et mensuellement.[]

L’échange déterminerait si un point RLP satisfait à cette exigence en calculant ce qui suit:

  • Le "pourcentage de l'offre quotidienne", calculé en déterminant le pourcentage de temps pendant lequel un RLP maintient un ordre d'amélioration du prix de détail à l'égard du PBB au cours de chaque jour de bourse au cours d'un mois civil;
  • Le "pourcentage d'offre quotidienne", calculé en déterminant le pourcentage de temps pendant lequel un RLP maintient un ordre d'amélioration du prix de détail à l'égard du BBV au cours de chaque jour de bourse au cours d'un mois civil;
  • Le «pourcentage moyen de l'offre mensuelle», calculé pour chaque valeur RLP en ajoutant les «pourcentages d'offre quotidienne» de la valeur de chaque jour de bourse d'un mois civil, puis en divisant la somme résultante par le nombre total de jours de bourse de ladite journée. mois calendaire; et
  • Le "pourcentage d'offre moyen mensuel", calculé pour chaque valeur RLP en ajoutant le "pourcentage d'offre quotidienne" de la valeur pour chaque jour de bourse d'un mois civil, puis en divisant la somme résultante par le nombre total de jours de bourse de ce mois mois calendaire

Enfin, les RPI ne seront utilisés que pour calculer si un RLP répond à ses exigences de 5%.[]

L'exigence de cinq pour cent n'est pas applicable pendant les deux premiers mois civils au cours desquels une organisation membre fonctionne en tant que RLP et prend effet le premier jour du troisième mois civil consécutif au cours duquel l'organisation membre fonctionne en tant que RLP.[]

Non-conformité avec RLP pour répondre aux exigences

La règle 7.44-E (g) traite des conséquences du non-respect par un RLP de ses exigences. Si, après les deux premiers mois, un RLP a agi en tant que RLP, un RLP ne satisfait pas à l'une des exigences énoncées à la règle 7.44-E (f) pour un titre RLP attribué pendant trois mois consécutifs, la Bourse pourrait, à votre discrétion, effectuez une ou plusieurs des opérations suivantes:

  • Révoquer l'affectation d'une ou de toutes les valeurs affectées du protocole RLP;
  • révoquer l'allocation des valeurs RLP non affectées; ou
  • disqualifier l'organisation membre de votre état en tant que RLP.[]

La Bourse déterminera si un titulaire de PTE est exclu de son statut de RLP et à quel moment. Un mois calendaire avant ladite décision, la Bourse notifie par écrit à un RLP cette interdiction imminente. Lorsque des déterminations de disqualification sont établies, la Bourse envoie un avis de disqualification écrit à l'organisation membre.[]

Un RLP disqualifié peut faire appel de la disqualification conformément à la règle 7.44-E (i) et / ou présenter une nouvelle demande de statut RLP 90 jours après que la Bourse a émis l'avis de disqualification.[]

Non-conformité avec le RMO pour répondre aux exigences des commandes de détail

La règle 7.44-E (h) traite de l'incapacité d'une organisation de gestion de répondre aux exigences de la commande de vente au détail. Si un RMO désigne les ordres envoyés à la Bourse en tant que commandes au détail et que la Bourse détermine, à sa seule discrétion, que ces ordres ne répondent à aucune des exigences des ordres de vente au détail, la Bourse peut disqualifier une organisation qui est membre de son statut de RMO.[]

Lorsque les déterminations de disqualification sont établies, la Bourse enverra un avis écrit de disqualification au titulaire de PTE.[]

Une organisation régionale de gestion disqualifiée peut faire appel de la déchéance prévue à la règle 7.44-E (i) proposée et / ou faire une nouvelle demande de statut d’organisme de gestion financière 90 jours après que la Bourse a émis l’avis de déchéance.[]

Appel de désapprobation ou de disqualification

La règle 7.44-E (i) décrit les droits d’appel des titulaires de PTE. Un titulaire de PTE qui conteste la décision de la Bourse de la désapprouver en vertu de la règle 7.44-E (b) ou (d) ou de la disqualifier en vertu de la règle 7.44-E (g) ou h) peut en faire la demande dans un délai de cinq jours ouvrables. après notification de la décision, la Bourse signale qu’un groupe spécial du programme de liquidité des détaillants (le «groupe spécial RLP») examine la décision afin de déterminer si elle était correcte.[]

Le groupe RLP comprendrait le directeur de la réglementation ("CRO"), ou une personne désignée par le CRO, et des employés qualifiés de la Bourse.[]

Le groupe spécial RLP examinera les faits et rendra une décision dans le délai imparti par la Bourse.[]

Le Panel RLP peut révoquer ou modifier une action entreprise par la Bourse en vertu de la règle. Une décision du groupe spécial RLP constituerait une action finale de la Bourse sur la question en question.[]

Identifiant de liquidité au détail

Conformément à la règle 7.44-E (j), la Bourse diffuse un identifiant par le biais du système de cotation consolidée ou de la source de données de cotation UTP, selon le cas, lorsque le prix de la participation au RPI est supérieur d'au moins 0,001 USD à celui de PBB ou PBO pour une valeur particulière disponible dans les systèmes Exchange ("identificateur de liquidité de détail"). L'identificateur de liquidité de détail reflètera le symbole de la valeur particulière et le côté (achat ou vente) de la participation en RPI, mais n'inclura pas le prix ni la taille de la participation en RPI.[]

Désignations des commandes au détail

Conformément à la règle 7.44-E (k), un ordre de vente au détail ne peut pas être désigné avec un "modificateur de non-exécution à mi-parcours" ou avec une taille de transaction minimale. En vertu de la sous-section (k), un organisme de gestion des risques peut indiquer comment une commande au détail interagira avec les intérêts de contrepartie disponibles de la manière suivante:

  • Un type 1: un ordre d'achat au détail (vente) est un ordre avec une limite IOC qui ne sera commercialisé Lancer la page imprimée 47579avec les ordres d’amélioration du prix de détail disponibles à la vente (achat) et tous les autres ordres de vente (achat) dont le prix de revient est inférieur (au-dessus) au PBO (PBB) dans le NYSE Arca Book et ne sera pas acheminé. Le montant d’un ordre d’achat au détail de type 1 (vente) qui n’est pas commercialisé avec des ordres éligibles à la vente (achat) sera immédiatement et automatiquement annulé. Un ordre de vente au public désigné de type 1 sera rejeté à l'arrivée si la PBBO est bloquée ou croisée.[]
  • Un type 2: un ordre de vente au détail peut être un ordre limité désigné comme COI ou un ordre du jour ou au marché, et fonctionnera comme suit:

○ Type 2: ordre de vente au détail IOC d’achat (vente) est un ordre limité IOC qui sera commercialisé en premier avec les ordres d’amélioration du prix de détail disponibles à la vente (achat) et tous les autres ordres de vente (achat) avec un prix de travail inférieur à (ci-dessus) PBO (PBB) dans le NYSE Arca Book. Toute quantité restante de la commande au détail sera commercialisée avec des ordres de vente (achat) dans le livre NYSE Ark Book à des prix égaux ou supérieurs (ci-dessous) du PBO (PBB) et sera commercialisée en tant qu'ordre limite d'IOC et ne sera pas acheminée.[]

○ Un type 2: le jour d’ordre d’achat au détail (vente) est un ordre limité qui sera commercialisé en premier avec des ordres d’amélioration du prix de détail disponibles à la vente (achat) et tous les autres ordres de vente (achat) ayant un prix de Je travaille ci-dessous (ci-dessus) PBO (PBB) dans le NYSE Arca Book. Toute quantité restante de la commande au détail, si elle peut être commercialisée, sera négociée avec les commandes clients (achat) dans le livre NYSE Ark ou l'itinéraire, et si elle ne peut pas être commercialisée, elle sera classée dans le livre de NYSE Arca en tant qu'ordre limité. .[]

○ Un type 2: marché pour les ordres de vente au détail à acheter (vente) est un ordre au marché qui sera d'abord commercialisé avec les ordres d'amélioration des prix de vente au détail disponibles à la vente (achat) et tous les autres ordres de vente ( achat) avec un prix de travail inférieur à (ci-dessus) NBO (NBB). Tout montant restant de la commande au détail fonctionnera comme une commande au marché.[]

Priorité et attribution de commande

Conformément à la règle 7.44-E (l), les RPI de même valeur seront classés avec tous les autres intérêts classés dans la priorité 3: ordres de non-affichage. Les commandes de lots impairs classées dans la priorité 2: les ordres d'affichage sont prioritaires sur les commandes classées dans la priorité 3: les commandes sans affichage à chaque prix. Tout intérêt restant de RPI non exécuté restera disponible pour négocier avec les autres commandes au détail entrantes. Tout montant non utilisé de la commande au détail sera annulé, exécuté ou publié dans le NYSE Arca Book conformément à la règle 7.44-E (k).

Voici des exemples d'attribution de priorité et d'ordre:

PBBO pour la sécurité ABC est de 10,00 $ à 10,05 $.

RLP 1 passe un ordre d’amélioration du prix de détail pour acheter ABC à 10,01 $ contre 500.

RLP 2 passe ensuite un ordre d’amélioration du prix de détail pour acheter ABC à 10,02 $ pour 50 $.

RLP 3 passe ensuite un ordre d’amélioration du prix de détail pour acheter ABC à 10,03 $ contre 500.

Un type 1 entrant: l’ordre de vente au détail de 1 000 ABC serait négocié d’abord avec l’offre de RLP 3 de 500 à 10,03 $, car c’est l’offre offrant le meilleur prix, puis avec l’offre de RLP 2 de 500 à 10,02 $, Parce que c'est la prochaine meilleure offre avec le prix. RLP 1 ne serait pas complété car la taille totale de la commande au détail pour la vente de 1 000 serait épuisée. La commande au détail est négociée avec les commandes RPI en priorité prix / temps.

Cependant, supposons les mêmes faits que ci-dessus, sauf que l’ordre d’amélioration du prix de détail RLP 2 visant l’achat de ABC pour 10,02 dollars équivaut à 100. Le nouvel ordre de vente au détail pour 1 000 unités serait négocié d’abord avec l’offre RLP 3 de 500 à 10,03 $, parce que c'est le meilleur. offre de prix, puis avec l’offre de RLP 2 de 100 à 10,02 $, car c’est la prochaine offre au meilleur prix. RLP 1 recevrait alors une exécution pour 400 de son offre allant de 500 à 10,01 $, date à laquelle la taille totale de la commande au détail serait épuisée pour en vendre 1 000.

Supposons les mêmes faits que précédemment, sauf que l'ordre RLP 3 n'était pas un ordre de RPI d'acheter ABC à 10,03 $, mais un ordre non indiqué d'achat ABC à 10,03 $. Le résultat sera similaire au résultat précédent, en ce sens que l'ordre de vente entrant vendra d'abord 1 000 opérations avec l'offre non cotée de RLP 3 au prix de 500 à 10,03 $, car il s'agit de l'offre avec le meilleur prix, puis de l'offre de RLP 2. pour 100 à 10,02 $, car c’est la prochaine offre au meilleur prix. Ensuite, RLP 1 reçoit une exécution pour 400 de son offre allant de 500 à 10,01 $, date à laquelle la taille totale de la commande au détail est épuisée pour être vendue à 1 000.

Dernier exemple, supposons les faits de l’origine, sauf que LMT 1 passe un ordre de lot impair pour acheter ABC à 10,02 USD pour 60 USD. La commande au détail entrante sera vendue d’abord pour 1 000 opérations avec l’offre de RLP 3 pour 500 EUR. à 10,03 $, car il s’agit de l’offre au meilleur prix, puis de l’offre de LMT 1 de 60 à 10,02 $, car c’est la prochaine offre au meilleur prix et elle est classée dans la priorité 2: Afficher les ordres et a la priorité sur les RPI du même prix. La commande au détail entrante échangerait alors 440 actions avec l’offre de RLP 2 de 500 à 10,02 USD, car il s’agit de la catégorie de priorité suivante à ce prix, date à laquelle la taille totale de la commande au détail est vendue à 1 000. Le solde de l'offre RLP 2 resterait dans le NYSE Arca Book et serait éligible pour négocier avec le prochain ordre de vente au détail entrant.

Pour démontrer comment les différents types d'ordres de vente au détail avec intérêts de change disponibles seraient négociés, supposons les faits suivants:

PBBO pour la sécurité DEF est de 19,99 $ – 20,01 $ (100 × 100).

LMT 1 entre dans un ordre à cours limité d'achat de DEF à 20,00 $ par 100.

RLP 1 passe ensuite un ordre d’amélioration du prix de détail afin d’acheter DEF à 20 003 dollars des 100 dollars.

MPL 1 passe ensuite un ordre de liquidité passif à mi-parcours pour acheter le DEF à 21,00 $ pour 100 $.

Un type 2 entrant: le CIO de vente au détail de vente de DEF de 300 à 20,00 USD serait négocié d’abord avec l’offre de MPL 1 de 100 à 20,005 USD, car c’est l’offre présentant le meilleur prix, puis avec l’offre de RLP 1 pour 100 à 20 003 $, car il s'agit de la prochaine offre au meilleur prix, puis de LMT 1 de 100 à 20,00 $ car il s'agit de la prochaine offre au meilleur prix, moment auquel la taille totale de la commande au détail est épuisée en vendre 300.

Supposons les mêmes faits que ci-dessus, sauf que la commande entrante est un jour de commande type 2: vente au détail permettant de vendre DEF entre 500 et 20,00 USD. La commande au détail serait négociée d’abord avec l’offre de MPL 1 de 100 à 20,005 $, car c’est l’offre présentant le meilleur prix, puis avec l’offre de RLP 1 pour 100 à 20,003 $, car c’est la prochaine offre avec les meilleurs prix, puis avec l’offre de LMT 1 de 100 à 20,00 $ car c’est la prochaine offre au meilleur prix. Le solde restant de la commande au détail est indiqué dans le livre de référence de la Bourse de New York à 20,00 USD à titre d'ordre limité, ce qui donne un PBBO de 19,99 $ à 20,00 $ (100 × 200).

Supposons les mêmes faits que ci-dessus, sauf que la commande entrante est une commande de type 1: vente au détail de DEF au prix de 300. La commande au détail serait d'abord commercialisée avec l'offre de 1 MPL de 100 à 20 005 $, car il s'agit de l'offre présentant le meilleur prix. , puis avec l’offre du RLP 1 de 100 à 20 003 $. Le solde de la commande au détail serait annulé et ne serait pas échangé avec LMT 1 car les commandes au détail désignées de type 1 ne sont pas négociées avec des intérêts dans le livre NYSE Ark Book qui ne sont pas des ordres non affichés et des ordres pour des lots impairs dont le prix est supérieur au prix Le PBBO sur le côté opposé de la commande client.

Enfin, pour démontrer la priorité d’intérêt affichée par rapport aux commandes d’amélioration du prix de détail, supposons les faits suivants:

PBBO pour la sécurité GHI est de 30,00 $ – 30,05 $.Lancer la page imprimée 47580

RLP 1 passe un ordre d’amélioration du prix de détail en vue d’acheter GHI à 30,02 $ pour 100 $.

LMT 1 entre ensuite un ordre d'achat limité à 30,02 $ pour 100 GHI.

Nouveau PBBO de 30,02 $ à 30,05 $.

RLP 2 passe ensuite une commande d’amélioration du prix de détail à 30,03 dollars par 100 dollars.

Un CIO entrant de type 2 de détail pour vendre GHI entre 300 et 30,01 USD serait négocié d’abord avec l’offre de RLP 2 de 100 à 30,03 USD, car c’est l’offre offrant le meilleur prix, puis avec LMT 1 de 100 à 30,02 USD Parce que c'est la prochaine meilleure offre de prix. La commande de détail tenterait de négocier avec RLP 1, mais comme RLP 1 avait un prix sur le PBBO et n'améliorait plus le prix, le RLP 1 serait annulé. En ese momento, el saldo restante del Pedido Minorista se cancelará porque no hay pedidos restantes dentro de su precio límite.

Suponga los mismos hechos anteriores, excepto que el pedido minorista entrante es por 200. El pedido minorista se negociaría con la oferta de RLP 2 por 100 a $ 30.03, porque es la oferta con el mejor precio, luego con LMT 1 por 100 a $ 30.02 porque es el siguiente oferta al mejor precio. RLP 1 no se cancela porque el pedido minorista entrante se agotó antes de intentar comerciar con RLP 1. RLP 1 sería elegible para comerciar con otro pedido minorista entrante porque tendría un precio mejor que el PBBO.[]

Justificación para hacer que el piloto sea permanente

Al aprobar el Programa de manera piloto, la Comisión requirió que el Intercambio "supervise el alcance y el funcionamiento del Programa y estudie los datos producidos durante ese tiempo con respecto a tales problemas, y propondrá cualquier modificación al Programa que pueda ser necesaria o apropiado ".[]

Como parte de su evaluación del impacto potencial del Programa, la Bolsa publicó datos resumidos semanales y diarios en el sitio web de los Intercambios para que los inversores públicos los revisen,[]

y proporcionó datos adicionales a la Comisión sobre los posibles beneficios para los inversores, incluido el nivel de mejora de precios proporcionado por el Programa. Estos datos incluyeron estadísticas sobre participación, frecuencia y nivel de mejora de precios.

En la Orden de aprobación de RLP, la Comisión observó que el Programa podría promover la competencia por el flujo de pedidos minoristas entre los lugares de ejecución, y que esto podría beneficiar a los inversores minoristas al crear oportunidades adicionales de mejora de precios para el flujo de pedidos minoristas comercializables, la mayoría de los cuales se ejecuta actualmente en el Mercados de venta libre ("OTC") sin llegar a un intercambio público.[]

La Bolsa buscó, y cree que ha logrado, el objetivo del Programa de atraer el flujo de pedidos minoristas a la Bolsa y permitir que dicho flujo de pedidos reciba una mejora potencial de los precios. Como lo demuestra el análisis de Exchange de los datos del Programa a continuación, el Programa proporcionó una mejora tangible de los precios a los inversores minoristas a través de un proceso de fijación de precios competitivo. Los datos también demuestran que el Programa tuvo un impacto general insignificante en una estructura de mercado más amplia.[]

NYSE Arca lanzó el Programa durante abril de 2014. Entre junio y noviembre de 2014, el Programa recibió pedidos por un total de 4.300 millones de acciones, proporcionando a los inversores minoristas una mejora de precios de $ 1,6 millones. Como se muestra en la Tabla 1 a continuación, durante 2017, se ejecutó un promedio de 3.5 millones de acciones en el Programa cada día. Durante 2018, este número aumentó a 8,9 millones de acciones por día, pero desde entonces se redujo a 3,6 millones de acciones por día durante el período de mayo a julio de 2019. La mejora de los precios ha dependido en gran medida de la combinación de valores y el volumen enviado al Programa. Durante el período 2017-2018, la mejora de precios fue tan baja como $ 0.0015 y tan alta como $ 0.0055 por acción. Hay varios valores de alto precio con spreads superiores a $ 0.01, que a menudo recibieron una mejora en el precio de un centavo o más. En general, las tasas de llenado han estado en gran medida en el rango bajo a medio del 20%, aunque ha habido períodos de tasas de llenado al norte del 30% desde septiembre hasta noviembre de 2017, cuando hubo una menor proporción de pedidos muy grandes.

Comience la página impresa 47581

La Tabla 2 muestra la frecuencia de los tamaños de pedidos ingresados ​​por los RMO. La mayor pluralidad de tipos de pedidos fueron lotes redondos o más pequeños, que oscilaron entre el 35% a principios de 2019y más del 50% de todos los pedidos de RMO ingresados ​​durante el verano de 2018. Los pedidos muy grandes (más de 15,000 acciones) representaron menos del 1% de todas las órdenes desde septiembre de 2017. Sin embargo, como se muestra en la Tabla 3, estas típicamente representaban el 20-25% de las acciones colocadas en el Programa y oscilaban por encima del 50% de todas las órdenes a principios de 2017. La composición de las acciones ejecutadas (Tabla 4 ) was more evenly distributed and fill rates (Table 5) were much lower for the largest order sizes.

Start Printed Page 47582

Table 5 highlights that while the Exchange indicates when there is price improving liquidity available on CQS, UTP and proprietary feeds, not all customers necessarily read that flag. Beginning in December 2017, the Exchange believes that one customer began sending orders without checking the flag, resulting in poor fill rates, even for orders less than or equal to 100 shares. This is clearly evidenced by the sharp drop in fill rates for orders of one round lot or less.

Start Printed Page 47583

Table 6 details the development of order sizes received in the Program over time. Program orders taking liquidity sent to the Exchange averaged around 1,000 shares for the Program's recent history, with median order size mostly around 400 shares. Liquidity providing orders tend to be smaller, and mostly average well below 1,000 shares, with the median below 200 shares most months. Since any firm can enter a liquidity providing order, there may be multiple providers offering liquidity inside the quote, allowing for high fill rates.

Start Printed Page 47584

Start Printed Page 47585

Start Printed Page 47586

Table 7 shows that during the two most recent years, no security maintained more than 5% of total volume in the program, and nearly two-thirds of all securities that had executions in the program averaged less than 0.25% share of consolidated trading. The Exchange notes that these statistics largely overstate the total size of the Program, since many securities rarely or never receive an order in the Program.

Although the Program provides the opportunity to achieve significant price improvement, the Program has not generated significant activity, relative to the overall market. The Program competes with wholesalers and similar programs offered by, among others, Cboe BYX Exchange, Inc. (“Cboe BYX”), and Nasdaq BX, the latter of which has been approved on a permanent basis.[]

Difference in Differences Analysis

The Exchange also analyzed market quality and market share impact by using the difference in differences statistical technique. Difference in differences (“DID”) requires studying the differential effect of data measured between a treatment group and a control group. The two groups are measured during two or more different time periods, usually a period before “treatment” and at least one time period after “treatment”, that is, a time period after which the treatment group is impacted but the control group is not. The assumption is that the control group and the treatment group are otherwise impacted equally by extraneous factors, i.e., that the other impacts are parallel. For example, when measuring average quoted spreads, if spreads increase by ten basis points in the control group, and 12 basis points in the test group, the assumption would be that the two basis point differential was caused by the treatment.

Because all Tape B and Tape C securities (all securities not listed on the NYSE) are eligible to participate in the Program, a natural control group does not exist for the securities participating in the Program. Hence, there is a possibility that the lack of activity in the Program could have been the result of factors that DID cannot measure. Nonetheless, to produce a control group, the Exchange identified the 50 most active ticker securities in the Program as measured by share of consolidated volume following launch of the Program. The Exchange then determined a matched sample, without replacement, using consolidated volume, volume weighted average price, and consolidated quoted spread in basis points. The matched sample compared the 50 most active ticker securities in the Program with all securities that had very low Program volume. The matching criteria minimized the sum of the squares of the percent difference between the top 50 active ticker securities and potential matches. The best 25 matches were then selected.

The Exchange executed two DID analyses:

1. Six months prior to launch of the Program (November 2013-April 2014) compared to six months following launch, excluding the first month of the Program (June 2014-November 2014) for securities with a consolidated average daily volume (“CADV”) of at least 500,000 during the pre-treatment and treatment periods. Note that the program launched during April 2014, but there were only six retail taking orders entered during that month.

2. Six months prior to launch of the Program (November 2013-April 2014) compared to all of 2019and 2018 for securities with a CADV of at least 500,000 during the pre-treatment and treatment periods.

Because there was no natural control group, the Exchange employed flexible matching criteria. In addition to the CADV restrictions, the Exchange utilized a control versus treatment CADV ratio of 3:1, a volume weighted average price (“VWAP”) of 2:1, and a spread of 2:1. The Exchange also required potential control group stocks to have a share of Program trading less than 1/10th of the lowest of the top 50 securities for the first trading period. The Exchange excluded securities that were in the test groups of the Tick Size Pilot Program []

from consideration in matching securities for the DID analysis of the 2017-2018 period. Preferred stocks, warrants and rights were excluded from the DID analysis for both periods. Finally, because the Program is only valid for stocks trading at or above $1.00, any security with a low price during the pre-treatment or the treatment period below $1.00 was also excluded. Securities could not be listed on the NYSE during the pre-treatment period or during the treatment period.

The Exchange selected the top 25 securities by minimum differences as described above.

DID Results for Period Around Program Launch

As noted above, the Program launched in April 2014. Only six orders RMO orders were entered during the month. The Exchange selected November 2013-April 2014 to represent the pre-launch period. To allow for Program adoption, the Exchange excluded May 2014 and chose June 2014-November 2014 to represent the post-launch period. Tables 8A and 8B show key attributes for the securities selected for the first matched sample.

Start Printed Page 47587

For the period 2017-2018 matched sample, we excluded securities that were part of the Tick Size Pilot Program. Inclusion of those securities could have resulted in exogenous influences skewing the analyses.

Start Printed Page 47588

Start Printed Page 47589

The Exchange's DID analysis utilized the 25 treated and 25 control securities noted above for the following statistics:

  • Time-weighted NYSE Arca quoted spreads in basis points.
  • Time-weighted NYSE Arca quoted spreads in dollars and cents.
  • Time-weighted consolidated quoted spreads in basis points.
  • Time-weighted consolidated quoted spreads in dollars and cents.
  • Trade Reporting Facility (“TRF”) share of volume during regular trading hours, excluding auctions.
  • TRF share of volume, full day, including auctions.
  • NYSE Arca share of volume during regular trading hours, excluding auctions.
  • NYSE Arca share of volume, full day, including auctions.
  • Trade-to-trade price change in basis points.

The Exchange calculated the DID regression for each of these statistics using the following formula:

Etcela = B0 0 + B1 T + B2 I + B3 ESO

where T equals zero during the pre-period and equals one during the treatment period, and where I is the Intervention.

As Table 10 shows, only one statistic showed any significance, and that at the weak 90% level. NYSE Arca market share during regular hours trading, excluding auctions, increased during the early comparison period.

Start Printed Page 47590

Table 11 details results for the DID analysis comparing the pre-Program period during 2013-2014 with trading in 2019and 2018. NYSE Arca spreads showed a drop in basis points with 90% significance and in dollars and cents at the 95% level. Consolidated dollar spreads also showed a drop, at the 90% significance level. NYSE Arca regular hours share showed an increase in share at the 99.9% confidence level. This is not surprising since, as noted earlier, the Program achieved about 8% share of NYSE Arca trading during 2017. As discussed below, the more significant drops in dollar-based spreads were expected as the nature of our matching effort, resulting in the selection of stocks that saw price decreases, impacted the spread calculations, and also may have impacted the NYSE Arca regular hours share.

As Table 12 shows, lower priced stocks tend to more likely trade on the TRF as well as in the Program. Even with the large share increase in NYSE Arca, TRF share also rose, highlighting the impact of the out-of-sample matching criteria. Spreads in basis points fell with 90% confidence on NYSE Arca, while spreads in cents fell with 95% confidence on NYSE Arca, and 90% confidence on a consolidated basis. As noted in the analysis of the NYSE Retail Program, the matching criteria used tends to focus on stocks with price drops, so the Exchange expected to see a fall in currency-based spreads.[]

Unlike the NYSE's experience, however, the price differences were more muted from this matching exercise, which allowed for a small regression-calculated drop in in basis points spreads as well. Average spreads in basis points did increase slightly, both for treatment and control securities.

All Tape B and Tape C Exchange-traded securities were eligible to participate in the program when it launched in 2014. Because of this factor, Start Printed Page 47591there was not a true control group for the Exchange to employ in its DID analysis. Instead, for purposes of making the Program permanent, the Exchange created an artificial control group and treatment group by identifying a matched sample based on the securities with the highest share of consolidated volume in the Program and matching these securities based on volume weighted average price, time-weighted quoted spread and CADV during the pre-treatment period (subject to the criteria noted above). By necessity, however, the percentage of activity in the Program itself had to be based on the post-treatment period.

This methodology provided several insights and permitted the Exchange to offer a more thorough analysis of the Program's impact. However, the Exchange believes that selection of securities with the highest share of consolidated volume in the Program for the treatment group created a biased treatment group. Securities with lower prices tend to trade more actively in the TRF as well as in the Program (Table 12). The percentage value of on low-price stocks provides greater savings to investors. For example, $0.0010 price improvement per share for a $5.00 stock saves an investor $2.00 per $10,000 invested. The same per share price improvement on a $50 stock is worth just $0.20. Table 12 shows this relationship for the 2017-2018 treatment period used in the analysis for securities eligible for the Program.

Tables 13 and 14 provide details of the changes in VWAPs, dollar-based and basis points-based spreads for both the early comparison period and the late comparison period. As shown by the last two columns in Table 13, there was virtually no difference in spreads or VWAPs both pre- and post-treatment during the early comparison period. However, in the case of the treated 2017-2018 study, when compared to November 2013-April 2014 pre-treatment period, there was an average price increase in control securities of 42%, compared to a drop of 14% for the treated stocks. This resulted in a small drop in dollar spreads and an increase in spreads in basis points for the treated stocks, while control stocks saw a small increase in percentage spreads and a larger rise in dollar spreads. Additionally, several of the treatment securities had average spreads during the pre-period near $0.01, the minimum, meaning a price drop was reflected solely in the spreads calculated in basis points and these stocks were tick-constrained.

In conclusion, the Exchange believes that the Program was a positive experiment in attracting retail order flow to a public exchange. The order flow the Program attracted to the Exchange provided tangible price improvement to retail investors through a competitive pricing process unavailable in non-exchange venues. As such, despite the low volumes, the Exchange believes that the Program satisfied the twin goals of attracting retail order flow to the Exchange and allowing such order flow to receive potential price improvement. Moreover, the Exchange believes that the data collected during the Program supports the conclusion that the Program's overall impact on market quality and structure was not negative. Although the results of the Program highlight the substantial advantages that broker-dealers retain when managing the benefits of retail order flow, the Exchange believes that the level of price improvement guaranteed by the Program justifies making the Program permanent. The Exchange accordingly believes that the pilot Program's rules, as amended, should be made permanent.

The Exchange notes that the proposed change is not otherwise intended to address any other issues and the Exchange is not aware of any problems that member organizations would have in complying with the proposed rule change.

2. Statutory Basis

The Exchange believes the proposed rule change is consistent with the requirements of Section 6(b) of the Act,[]

in general, and Section 6(b)(5) of the Act,[]

in particular, in that it is designed to remove impediments to and perfect the mechanism of a free and open market and a national market system, to promote just and equitable principles of trade, and, in general, to protect investors and the public interest and not to permit unfair discrimination between customers, issuers, brokers, or dealers.

The Exchange believes the proposal is consistent with these principles because it seeks to make permanent a pilot and associated rule changes that were previously approved by the Commission as a pilot for which the Exchange has subsequently provided data and analysis to the Commission, and that this data and analysis, as well as the further analysis in this filing, shows that the Program has operated as intended and is consistent with the Act. The Exchange also believes that the proposed rule change is consistent with these principles because it would increase competition among execution venues, encourage additional liquidity, and offer the potential for price improvement to retail investors. Furthermore, as noted, similar programs instituted by NYSE and Nasdaq BX have recently been approved by the Commission to operate on a permanent basis.[]

The Exchange believes that its analysis, as well as the analysis conducted by NYSE and Nasdaq BX in their proposals for permanent approval, show that retail price improvement programs do not negatively impact market structure, and can therefore provide benefits to retail investors without negatively impacting the broader market.

The Exchange also believes the proposed rule change is designed to facilitate transactions in securities and to remove impediments to, and perfect the mechanisms of, a free and open market and a national market system because making the Program permanent would attract retail order flow to a public exchange and allow such order flow to receive potential price improvement. The data provided by the Exchange to the Commission staff demonstrates that the Program provided tangible price improvement to retail investors through a competitive pricing process unavailable in non-exchange venues and otherwise had an insignificant impact on the marketplace. The Exchange believes that making the Program permanent would encourage the additional utilization of, and interaction with, the NYSE and provide retail customers with an additional venue for price discovery, liquidity, competitive quotes, and price improvement. For the same reasons, the Exchange believes that making the Program permanent would promote just and equitable principles of trade and remove impediments to and perfect the mechanism of a free and open market.

Additionally, the Exchange believes the proposed rule change is designed to facilitate transactions in securities and to remove impediments to, and perfect the mechanisms of, a free and open market and a national market system because the competition promoted by the Program facilitates the price discovery process and potentially generates additional investor interest in trading securities. Making the Program permanent will allow the Exchange to continue to provide the Program's benefits to retail investors on a Start Printed Page 47592permanent basis and maintain the improvements to public price discovery and the broader market structure. The data provided to the Commission demonstrates that the Program provided tangible price improvement and transparency to retail investors through a competitive pricing process.

For the reasons stated above, the Exchange believes that making the Program permanent would promote just and equitable principles of trade and remove impediments to and perfect the mechanism of a free and open market.

Finally, as described further below in the Exchange's statement regarding the burden on competition, the Exchange also believes that it is subject to significant competitive forces and it would increase competition among execution venues, encourage additional liquidity, and offer the potential for price improvement to retail investors.

For all of these reasons, the Exchange believes that the proposal is consistent with the Act.

B. Self-Regulatory Organization's Statement on Burden on Competition

The Exchange does not believe that the proposed rule change will result in any burden on competition that is not necessary or appropriate in furtherance of the purposes of the Act. The Exchange believes that making the Program permanent would continue to promote competition for retail order flow among execution venues. The Exchange also believes that making the Program permanent will promote competition between execution venues operating their own retail liquidity programs, including competition between the Program and similar programs currently operated by NYSE and Nasdaq BX on a permanent basis pursuant to a recently approved rule changes. Such competition will lead to innovation within the marketplace, thereby increasing the quality of the national market system and allowing national securities exchanges to compete both with each other and with off-exchange venues for order flow. Such competition ultimately benefits investors, and in this case specifically retail investors by providing multiple potential trading venues for the execution of their order flow, consistent with the principles of Regulation NMS, which was premised on promoting fair competition among markets. Finally, the Exchange notes that it operates in a highly competitive market in which market participants can easily direct their orders to competing venues, including off-exchange venues. In such an environment, the Exchange must continually review, and consider adjusting the services it offers and the requirements it imposes to remain competitive with other U.S. equity exchanges.

For the reasons described above, the Exchange believes that the proposed rule change reflects this competitive environment.

C. Self-Regulatory Organization's Statement on Comments on the Proposed Rule Change Received From Members, Participants, or Others

No written comments were solicited or received with respect to the proposed rule change.

III. Date of Effectiveness of the Proposed Rule Change and Timing for Commission Action

Within 45 days of the date of publication of this notice in the Federal Register ou up to 90 days (i) as the Commission may designate if it finds such longer period to be appropriate and publishes its reasons for so finding or (ii) as to which the self-regulatory organization consents, the Commission will:

(A) By order approve or disapprove the proposed rule change, or

(B) institute proceedings to determine whether the proposed rule change should be disapproved.

IV. Solicitation of Comments

Interested persons are invited to submit written data, views, and arguments concerning the foregoing, including whether the proposed rule change is consistent with the Act. Comments may be submitted by any of the following methods:

Electronic Comments

Paper Comments

  • Send paper comments in triplicate to Secretary, Securities and Exchange Commission, 100 F Street NE, Washington, DC 20549-1090.

All submissions should refer to File Number SR-NYSEArca-2019-63. This file number should be included on the subject line if email is used. To help the Commission process and review your comments more efficiently, please use only one method. The Commission will post all comments on the Commission's internet website (http://www.sec.gov/​rules/​sro.shtml) Copies of the submission, all subsequent amendments, all written statements with respect to the proposed rule change that are filed with the Commission, and all written communications relating to the proposed rule change between the Commission and any person, other than those that may be withheld from the public in accordance with the provisions of 5 U.S.C. 552, will be available for website viewing and printing in the Commission's Public Reference Room, 100 F Street NE, Washington, DC 20549 on official business days between the hours of 10:00 a.m. and 3:00 p.m. Copies of the filing also will be available for inspection and copying at the principal offices of the Exchange. All comments received will be posted without change. Persons submitting comments are cautioned that we do not redact or edit personal identifying information from comment submissions. You should submit only information that you wish to make available publicly. All submissions should refer to File Number SR-NYSEArca-2019-63, and should be submitted on or before October 1, 2019.

Start Signature

For the Commission, by the Division of Trading and Markets, pursuant to delegated authority.64

Jill M. Peterson,

Assistant Secretary.

End Signature
End Preamble

BILLING CODE 8011-01-P

BILLING CODE 8011-01-C

[FR Doc. 2019-19458 Filed 9-9-19; 8:45 am]

BILLING CODE 8011-01-P

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*